Bonjour de Sougueur -

GESTION DES ŒUVRES SOCIALES DE L’ÉDUCATION Les commissions installées avant la fin de l’année



Fin du feuilleton sur la gestion des œuvres sociales de l’éducation. Une circulaire définissant les modalités d’élection d’une commission nationale et des commissions de wilayas sera promulguée au plus tard le 10 novembre prochain. D’ici le 31 décembre, le processus devra être achevé avec l’installation des-dites commissions.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Au terme d’un bras de fer puis de négociations, le dossier de la gestion des œuvres sociales est en phase d’être résolu. De toutes les propositions émises, c’est finalement celle de confier la gestion des œuvres sociales à une commission nationale qui a été retenue. Une commission s’attelle d’ailleurs à préparer le texte qui définira les modalités de ces élections inédites après des années d’hégémonie de la Centrale syndicale. L’idée ne satisfait pas tous les syndicats mais la tutelle a tranché en sa faveur après avoir fait d’autres propositions. Le Cnapest applaudit. L’idée de mettre la gestion des œuvres sociales entre les mains des travailleurs du secteur loin de toute hégémonie syndicale avait été âprement défendue par la formation syndicale de Nouar Larbi. Le Cnapest considère, en effet, que les syndicats doivent rester sur le terrain de la lutte pour arracher les acquis et ne pas s’impliquer de manière directe dans la gestion des œuvres sociales. Il n’exclut pas l’idée d’observer de loin le travail des commissions et de tirer la sonnette d’alarme en cas de dérives. Le Snapest est également d’accord avec l’idée des commissions. Son coordonnateur Meziane Meriane expliquait hier que lors de la réunion du 24 octobre dernier, son syndicat avait défendu cette option en proposant un mécanisme à même de vérifier l’adhésion de la base à l’idée proposée. Il estime que si le taux de participation aux élections atteint les 50 % et plus, cela voudrait dire que la base est d’accord pour ce mode de gestion, dans le cas contraire cela équivaudrait à un rejet de l’idée des commissions. Il propose dans ce cas de revenir à la proposition première du ministère de l’Education, à savoir l’installation de commissions de gestion au niveau des établissements scolaires. Meziane Meriane explique que «l’objectif de notre syndicat est d’aller vers plus de transparence et de contrôle car sans transparence, on ira forcément vers des dérives». Il estime que la balle est aujourd’hui dans le camp des travailleurs de l’éducation qui devront, sans distinction du corps auquel ils appartiennent, déterminer les modalités de gestion de la manne financière des œuvres sociales. Mais Meriane va plus loin considérant qu’il ne fallait pas s’engouffrer dans un faux débat pour oublier l’essentiel, à savoir demander des comptes sur la gestion antérieure des œuvres sociales qui étaient depuis toujours entre les mains de la Centrale syndicale.
N. I.





Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/10/27/article.php?sid=125065&cid=2


27/10/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Enseignement & Emploi pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 414 autres membres