Bonjour de Sougueur -

ŒUVRES SOCIALES DE L’ÉDUCATION Plébiscite pour la gestion centralisée


Fin du suspense autour de la gestion du fonds des œuvres sociales de l’éducation. Les travailleurs du secteur ont opté pour une gestion centralisée avec 61,87% des voix. Prochaine étape, l’élection des membres des commissions de wilaya et du président de la commission nationale. 
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - A l’issue d’une mobilisation record avec un taux de participation de 90%, les adeptes de la gestion centralisée ont obtenu le plus de voix. Les premiers résultats rendus publics sont, en effet, sans appel. Pas moins de 61,87% des travailleurs ont voté en faveur de la gestion centralisée, soit 298 453 voix des 542 048 inscrites sur les listes électorales du secteur, tandis que la gestion locale des œuvres sociales a remporté 38,14%, soit 183 965 voix. Les résultats ne seront, cependant, proclamés de manière officielle que mardi, après l’étude des recours introduits par certains syndicats. A l'issue de l'élection des membres des commissions de wilaya, une rencontre nationale sera tenue le 24 décembre pour élire le président de la commission nationale et les vice-présidents avec la participation des représentants des 47 wilayas et les trois directions de l'éducation de la capitale (centre, est et ouest). Ce n’est qu’à ce terme que sera achevé un processus qui aura été long avec un consensus des plus fragiles. Sans surprise aucune, les syndicats ayant fait campagne pour la centralisation faisaient hier état de leur satisfaction. L’Unpef et le Cnapest, qui, dès le début, ont défendu cette option, se félicitaient du choix des travailleurs de l’éducation tandis que le SNTE dénonçait des irrégularités. Des recours ont été introduits au sujet de cas de dépassements signalés par ce même syndicat. Plus nuancé, le coordonnateur du Snapest, qui avait fait campagne pour la centralisation au niveau des établissements scolaires, a félicité «tous les fonctionnaires pour ce vote démocratique». Dans une déclaration faite hier Meziane Meriane estimait qu’«une analyse des premiers résultats nous fait constater que malgré toutes les embûches dès le départ, malgré le mode de scrutin inique, le résultat de 38,20% pour le bulletin 2 est appréciable». Précisant que le combat était loin d’être fini, il dira que «le Snapest était dans l’opposition concernant la gestion ancienne, il demeurera opposant farouche à la nouvelle gérance, on sera très attentif à toutes les dépenses des œuvres sociales pour que ces dernières reviennent aux nécessiteux». Posant la problématique du contrôle, il dira qu’«aucun organe de contrôle n’est prévu par le décret présidentiel 82-303, mais on restera très attentif et vigilant à toutes les dépenses. La récupération des biens anciens des œuvres sociales se fera par une commission gouvernementale, chose que le Snapest désapprouve totalement. On aurait aimé amender le décret 82-303 pour empêcher les élus des commissions nationale et des wilayas de bénéficier de 20% du budget des œuvres sociales et utiliser ces 400 milliards pour les nécessiteux de l’éducation ». Et de conclure : «Hier nous avons combattu avec honneur et loyauté pour la récupération des œuvres sociales, aujourd’hui ne peut être que pour la continuité du combat d’hier pour le contrôle rigoureux de la gestion des œuvres sociales.» 
N. I.





Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/12/10/article.php?sid=127036&cid=2


10/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Enseignement & Emploi pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 414 autres membres